Vivaldis + championnats du monde d’athlétisme + Londres ? La combinaison gagnante !

By 22/08/2017Uncategorized

Vous le savez sans doute : Vivaldis sponsorise de nombreux athlètes. Nous faisons, en effet, pleinement confiance aux nombreux jeunes sportifs de haut niveau, ultra talentueux, qui aspirent à atteindre le top mondial. Mais nous ne nous contentons évidemment pas de choyer les sportifs : nous pensons aussi à vous. Comme récemment : nous avons organisé un concours qui a permis à deux d’entre nous de partir à Londres. Ce voyage comprenait le transport, l’hôtel, deux épreuves et une rencontre autour d’un petit déjeuner. Les deux heureux gagnants, Bram et Ella, nous gratifient d’un petit rapport sur leur aventure. C’est parti !

« Quoiiiiii ? On a gagné ?! Sérieusement ?! » 

Inutile d’ajouter que cette réaction hyper euphorique s’est accompagnée d’une grande incrédulité et de larges sourires radieux. Un sentiment justifié : les gagnants, Bram et Ella, ont eux-mêmes évolué dans le monde de l’athlétisme pendant des années. Raison pour laquelle ils suivent encore de très près les épreuves, avec enthousiasme. Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’ils trépignent d’impatience à l’idée de participer à l’événement d’athlétisme de l’année, dans la plus belle ville du monde… Londres.

Jour 1 : Hello, London !

La principale raison d’aller à Londres ? Elle est simple : s’égosiller pour encourager Thomas Van der Plaetsen, l’un des athlètes de la Vivaldis Challenge Team. Ce ne sera pas difficile : ce talentueux décathlonien fait partie, depuis des années, des plus grands athlètes internationaux et le voir à l’œuvre est toujours un spectacle palpitant.

image5

Nous trépignons d’impatience à la sortie de l’Eurostar. Après le check-in à l’hôtel, le moment tant attendu arrive enfin : nous enfourchons nos vélos et piquons un sprint pour rejoindre le centre névralgique de l’événement, le village olympique de Londres. À notre arrivée, nous sommes émerveillés par la taille de ce domaine hébergeant un nombre incroyable d’appartements, la piscine olympique et le magnifique stade Reine Elisabeth. Bouche bée, nous admirons ce fleuron olympique…

image4

Alors que nous nous émerveillons devant le village olympique, Thomas a déjà terminé ses deux premières épreuves : le 100 mètres et le saut en longueur. Sa blessure au genou a, malheureusement, refait surface pendant cette dernière, corsant quelque peu les choses pour l’athlète. Raison de plus pour le supporter de vive voix, n’est-ce pas ? C’est précisément ce que nous faisons : pendant le saut en hauteur, l’une de ses épreuves de prédilection, nous essayons littéralement de le porter vers le haut au simple son de notre voix… En vain. Accablé par la douleur, il ne parvient pas à effectuer pleinement son saut. Le petit mètre 97 le fait dégringoler dans le bas du classement. Nerveux, nous attendons la suite… Sera-t-il en mesure de terminer ses épreuves combinées ?

image3

Notre enthousiasme et nos prières ne suffisent malheureusement pas et il nous faut accepter la fatalité : au départ du 400 mètres, la blessure au genou de Thomas l’empêche de démarrer – il est contraint de jeter l’éponge. Un spectacle déchirant, tant pour Thomas que pour l’équipe belge et la Vivaldis team… Nous aurions tellement voulu qu’il réussisse ! Quoi de plus frustrant, en effet, que d’avoir la volonté, mais d’être arrêté net par le physique ? Nous parlons d’expérience. Enfin… il ne nous reste plus qu’à nous entraîner et à supporter de plus belle pour aborder les prochains championnats en grande forme physique !

Ce soir-là, nous admirons les prestations impressionnantes de la sprinteuse néerlandaise Dafne Schippers et de notre coureuse de haies nationales, Anne Zagré. Et bien que nous soutenions les athlètes belges, il faut bien avouer que nous avons pris un immense plaisir à crier en chœur avec le public britannique dès qu’un athlète britannique entrait en piste. Quelle expérience incroyable !

Jour 2 : des épreuves plus alléchantes les unes que les autres 

En cette deuxième journée, il faudra malheureusement se passer de Thomas… Heureusement, nous pouvons toujours nous époumoner pour soutenir les athlètes qui participent aux différentes épreuves de relais. Le suspense est insoutenable, à tel point qu’une onde de nervosité traverse littéralement le public !

Après les équipes du 4 x 100 mètres, place, enfin, à nos héros nationaux : les Belgian Tornados, notre équipe du 4 x 400 mètres dont font partie les frères Borlée. Comme il fallait s’y attendre, ils livrent une prestation admirable – et ils n’ont manifestement aucun mal à se qualifier pour la finale du dimanche. Nous nous réjouissons déjà de savoir ce que cela va donner !

image2

La soirée est rythmée par des épreuves mettant notamment en lice Usain Bolt et Mo Farah. Nous les suivons depuis notre chambre d’hôtel. Mais ne vous inquiétez pas : nous y avons mis au moins autant d’enthousiasme et de voix que si nous avions été dans le stade !

 

Jour 3 : rencontre avec Thomas Van der Plaetsen

image1

Aujourd’hui, dimanche : le jour J tant attendu ! Pourquoi tant d’impatience ? Tout simplement parce que c’est ce matin que nous rencontrons Thomas Van der Plaetsen… Et l’attente valait la peine ! Lors d’un entretien très convivial, il nous a fait part de ses expériences pendant ces championnats du monde, mais a aussi partagé des souvenirs de sa carrière d’athlétisme. Il nous a même dévoilé ses ambitions pour les années à venir !

Ce que nous retiendrons de Thomas, c’est son caractère terre-à-terre et sa sobriété quand il est question de son sport. Il nous a donné l’impression d’être un athlète de haut niveau dans un cadre très professionnel… Notre avis ? La véritable recette du succès.

Nous avons aussi discuté du programme Vivaldis-going-4-gold pour Tokyo 2020 : un projet fantastique qui offre la chance aux athlètes (bénéficiant d’un soutien financier moindre) de briller aux Jeux olympiques – une initiative qui a titillé notre curiosité !

Une fois la séance de selfies terminée, il est (malheureusement) déjà temps de clôturer la rencontre. Et de profiter de nos dernières heures sur place pour explorer la ville. De quoi terminer ces trois jours de rêve en apothéose. Merci, Thomas, pour cette matinée conviviale !

Anvers, nous revoilà !

Il n’y a pas que la ville de Londres qui nous a laissé un souvenir indélébile : ce week-end était, du début à la fin, un voyage que nous ne sommes pas près d’oublier. C’est avec un sourire inscrit à jamais sur nos visages que nous montons dans l’Eurostar, direction la Belgique, pour rêver d’un avenir radieux pour 2020. Nous avons vécu un week-end de vacances indescriptible, gravé pour longtemps dans nos mémoires…

MERCI, VIVALDIS !

 

 

Share